Tommaso Piroli, da Antiquités d’Herculanum, [avec une explication par S.P. Chaudé], à Paris, chez Piranesi, chez Leblanc, Paris 1804

La beautë du coloris, l’excellence du style, l’esprit de la composition et le mouvement gracieux des figures donnent à cette peinture le plus rare mérite.

Tommaso Piroli, da Antiquités d’Herculanum, 1804

Tommaso Piroli, da Antiquités d’Herculanum, 1804

C’est une Bacchante surprise par un Faune. Le site montueux convient aux orgies de Bacchus; il est semé de roches sur lesquelles a été renversée la Bacchante dans l’instant ou elle cherchait à les franchir; la solitude l’a rendu aussi dangereux que ses aspérités.

Près du faune est le bâton recourbé (pedum) et la flûte à sept tuyaux (syrinx); aux pieds de la Bacchante est un thyrse dont la pointe est environnée de lierre. Comme instrument sacré, il est orné d’un ruban rouge semblable à sa robe. Sur le fond du tambour garni de grelots (tympanum), est peinte la figure d’un Sistre; un peu plus loin est un autre instrument rond et sans fond qui pourrait bien être le Rhombe, qu’une épigramme de l’Anthologie nous décrit comme faisant partie de l’équipage des Bacchantes.